conseil et solutions logiciels

Depuis déjà plusieurs années, afin de réaliser des économies, l’Etat s’est donné comme objectif d’améliorer l’efficacité de l’achat public en France en achetant mieux et plus vite.

Les nouvelles technologies et l’Internet sont les outils indispensables à cette modernisation et la dématérialisation des marchés publics est l’un des axes de développement de cette politique qui est déclinée dans toute l’union européenne où l’on estime possible de 5 à 20 % d’économies (100 Milliards d’euros pour la fourchette basse).

Dès 2005 les acheteurs publics se sont équipés de solutions de dématérialisation afin de se conformer à l’article 56 du Code des Marchés Publics qui mettait en oeuvre cette politique de modernisation.

A cette époque, une entreprise, si elle le souhaitait, devait pouvoir répondre à un appel d’offre formalisé par voie électronique. Mais, à l’évidence, cette possibilité offerte aux entreprises était très peu utilisée même si, dans le même temps, les fournisseurs réalisaient de plus en plus leurs recherches d’opportunités d’affaires sur internet.

Ce semi échec a de multiples explications : manque d’information sur les aspects pratiques de la réponse (signature électronique en groupement, multiplicité des solutions auxquelles sont confrontés les fournisseurs), démarche non obligatoire,….

C’est pourquoi, de nouvelles dispositions visant à contraindre de plus en plus les acheteurs et les fournisseurs à passer le pas de la dématérialisation ont été mises en place.

Ainsi, depuis janvier 2010, les acheteurs publics ont le droit d'exiger, pour tous les types de marchés et quel que soit leur montant, la transmission des candidatures et des offres par voie électronique. Dès lors, une entreprise qui ne serait pas préparée et équipée peut se voir refuser l’accès à une commande publique.

A l’inverse, depuis janvier 2012, les acheteurs ne peuvent plus refuser une réponse transmise par internet pour des montants de marchés supérieurs à 90 000 €. Aussi, une entreprise formée et à l’aise avec la dématérialisation peut amortir son investissement de départ très rapidement.

La tendance est donc, au niveau français comme européen, de faire de la passation électronique la méthode standard d'ici le 1er octobre 2018 date , à laquelle, la dématérialisation sera rendue obligatoire pour les marchés de plus de 25 000 €.

De part son expérience en matière de rédaction et de dépouillement d'appels d'offres, parce que DMPV-conseil répond aussi à des appels d'offres de marchés publics et parce que DMPV-Conseil est indépendant des solutions utilisées par les acheteurs publics, nous avons créé un module de formation destiné à vos équipes administratives et commerciales. Nous proposons également un accompagnement au changement et une aide opérationnelle sur vos premières réponses dématérialisées.

Ces formations sont éligibles aux dispositifs de financement de la formation professionnelle continue (OPCA).

Les entreprises ne doivent plus hésiter car cette tendance ne s’arrêtera pas. Elle est dans l’air du temps, crise économique et développement durable aidant et elle touche de plus en plus de secteurs (facturation, déclaration de TVA, Télérecours,…).

Les entreprises doivent en être persuadées, faire le choix de la dématérialisation apporte un gain de temps, un gain financier et un avantage concurrentiel.


Couverture géographique

Paris, Ile de France,
Bordeaux, Périgueux, Toulouse, Marseille,... en partenariat et via les intervenants de notre réseau de compétences présents sur les départements, Dordogne (24), Gironde (33), Haute-Garonne (31), Bouches-du-Rhône (13).